Revue de réflexion politique et religieuse soutenue par le Centre National du Livre (Ministère de la Culture).

En librairie : numéro courant

Numéro 134 : L’impasse

La conjonction d’un certain nombre de changements politiques récents et inattendus, de menaces nouvelles, d’illusions démenties paraît bien signifier que nous passons d’une époque à une autre. Chaque élément de crise a des retombées sur chacun des autres, en particulier en termes de psychologie collective, comme par exemple l’éviction de la candidate Clinton à la présidence américaine, le Brexit, etc. Ceux qui jusqu’alors pensaient pouvoir jouir indéfiniment d’une position assurée découvrent qu’ils ne maîtrisent plus si facilement le cours des choses.

L’Église catholique, parce que ses membres sont insérés dans la réalité de ce monde, ne peut rester à l’écart de tels changements, d’autant moins que depuis cinquante ans cette insertion est marquée par le souci d’éviter les heurts avec les puissances établies. Si l’arrivée de Jorge Mario Bergoglio et de ses collaborateurs argentins donne l’impression d’un retour arrière dans la première décennie de l’après-concile, avec une nuance régionale et tiers-mondiste affirmée, il conviendrait toutefois de ne pas confondre la forme et le fond. Certes le style est de prime abord venu des « périphéries » et rappelle un certain progressisme libérationniste aujourd’hui reconverti en altermondialisme. Il n’en est pas moins, dans sa substance et ses priorités, très déterminé par la recherche d’une harmonisation avec les « valeurs » de la culture occidentale mondialisée. C’est ainsi que revient en force l’esprit du concile, un temps anesthésié sous Jean-Paul II, puis sous Benoît XVI.

Accéder au sommaire | Parcourir des extraits | Achat du numéro, s'abonner

Blog de la revue

13 Nov 2016

Le transhumanisme est un intégrisme

ouvre2Signalons la parution de cet intéressant ouvage : « Si le transhumanisme touche un large public au-delà de ses fondateurs, de ses dirigeants ou de ses membres, c’est que les individus intègrent peu à peu les normes de la société où ils vivent, au point de désirer les reproduire.»

« Mieux qu’un pamphlet, un bréviaire de résistance » qui mérite d’être lu.

Mathieu Térence. Le transhumanisme est un intégrisme. Cerf, octobre 2016, 100 pages, 10 €

26 Oct 2016

Pas de liberté pour les ennemis de la liberté !

ouvrageDans le n. 131 (printemps 2016) de Catholica, Pierre Charles a présenté un livre paru en Italie, intitulé Ancilla hominis, de Pasquale Danilo Quinto. Il rappelait en commençant qui était cet auteur, renvoyant notamment à son autobiographie parue en 2012, Da servo di Pannella a figlio libero di Dio. Ce titre exprimait clairement une conversion, le passage de la condition d’esclave à la liberté des enfants de Dieu. Esclave de qui ? de Marco Pannella, l’un des plus typiques représentants de tout ce qu’a pu concentrer de haine de l’ordre social l’athéisme activiste post-soixante-huitard. Pannella est mort au mois de mai dernier, mais son parti « radical » demeure actif, tout comme son ancienne compagne de combat Emma Bonino, grande zélatrice de l’avortement, du gender et autres grandes causes du moment. (suite…)

14 Sep 2016

Bicéphalisme pontifical : illusions et dangers

actigLe 28 juin dernier, le « pape émérite » a fait un bref retour médiatique, pour participer à une cérémonie organisée au Vatican à l’occasion des 65 ans de son ordination sacerdotale, et présidée par son successeur.

Cet événement s’est déroulé dans le contexte des débats provoqués par les déclarations de son secrétaire particulier, Mgr Georg Gänswein, qui, en mai, a développé la théorie d’un « ministère pétrinien élargi » et d’un « pontificat d’exception » de Benoît XVI (Ausnahmepontifikat).

Ce mot a donné lieu à toutes les interprétations, lesquelles ont appelé un recadrage sans ambiguïtés de la part de François, dans l’avion qui le ramenait d’Arménie, le 27 juin 2016 : « Il n’y a qu’un seul pape, l’autre […] est “pape émérite”, et non pas le second pape. Il est fidèle à sa parole, c’est un homme de Dieu, très intelligent et qui pour moi est comme un grand-père sage à la maison. ». Le discours de remerciement improvisé pendant quelques minutes par le même « pape émérite », le 28 juin, a pris la forme d’une courte dissertation spirituelle. Mais les conservateurs y ont lu une remise en cause de l’actuel « pape actif ». La centralité du motif de l’action de grâce, également pris dans le sens eucharistique, a été interprétée par Antonio Socci [ici], par exemple, comme une leçon de respect eucharistique administrée par « Benoît XVI » au « pape argentin », en pleine période de rapprochement avec les protestants : une véritable herméneutique du désespoir !. Mais le « pape émérite » a, au contraire, multiplié les témoignages d’obéissance à l’égard de François. Comment s’y retrouver ? (suite…)

28 Août 2016

Lectures critiques d’une étrange exhortation

amoris laetitiaL’exhortation Amoris laetitia [AL] a donné lieu à de nombreux commentaires. L’un des plus achevés est celui d’Anna M. Silvas, professeur de langues anciennes et de patristique à l’université de la Nouvelle Angleterre (Armidale, NSW, Australie), dont on trouvera le texte complet ici.

Une autre analyse, signée Daniele Mattiussi, est parue dans le bulletin italien Instaurare, dirigé par Danilo Castellano, philosophe du droit (Udine) et fréquent contributeur à Catholica. Ce texte très dense commence par des remarques sur la nature de l’exhortation, inédite tant par son volume (constituant un véritable traité) que par son style non conclusif – ne se présentant que comme une « proposition » (AL 5) – n’excluant pas les positions contradictoires et les propos polémiques contre les supposés partisans de « la doctrine froide et sans vie ».

Trois sections de ce texte retiennent particulièrement l’attention : « le problème du principe et de la situation », « les incertitudes autour de la conscience », « l’historicisme et l’herméneutique idéologique ».

Le problème auquel il est d’abord fait allusion est celui du critère du jugement appliqué à une situation donnée, en l’espèce une situation matrimoniale. Si « discernement » il doit y avoir, il convient d’en déterminer le critère. Or, à suivre l’exhortation, ce critère est en réalité un non-critère : le pur fait prime sur l’ordre objectif du bien et du mal, qui est la vraie réalité. On retrouve là l’un des principes de l’idéalisme allemand, qui pose que le fait est ipso facto rationnel et donc moral. « Il convient de prêter attention à la réalité concrète, parce que “les exigences, les appels de l’Esprit se font entendre aussi à travers les événements de l’histoire” […] » (31) Le « discernement »

Le second problème abordé par D. Mattiussi est celui de la conscience. (suite…)

tous les billets du blog...